• Disparition des gorilles

    Une des causes de la dispariton des gorilles

    Il n’y a plus de gorille au numéro que vous avez demandé

    Les hommes et la biodiversité victimes d’un conflit économique

    Les forêts équatoriales constituent des zones de concentration extraordinaire de biodiversité. Elles connaissent aujourd’hui une dégradation très rapide à cause du défrichement, mais aussi de la chasse, comme celle qui entraîne la disparition des grands animaux de la forêt africaine.


    © Martin Peeters - IRD

    Rien de plus banal et pacifique que de prendre votre téléphone portable pour demander à votre conjoint d’acheter du pain quand il rentrera… Impression trompeuse !

    Les téléphones cellulaires, mais aussi les jeux électroniques et les ordinateurs nécessitent l’utilisation de Coltan, un minerai particulièrement résistant à la chaleur. Ce minerai rare est produit en Australie, au Canada ou au Brésil, mais aussi à l’Est de la République Démocratique du Congo.
    Cette région fait l’objet d’une véritable guerre entre les forces gouvernementales et des rebelles aidés par leurs alliés rwandais. Ce conflit a déjà fait environ 3 millions de morts. L’une des causes de cette guerre est l’appropriation des ressources naturelles du secteur : coltan, diamants, bois précieux…
    Le coltan est produit dans de petites mines à ciel ouvert, souvent créées au coeur de la forêt primaire. Des braconniers approvisionnent les mineurs en viande de brousse : gorilles, éléphants, okapis…
    Tous ces facteurs pourraient conduire à la disparition du Gorille à court terme ; ils participent au drame humain que connaît cette région du monde.

    Dans ces conditions, avant de changer de téléphone portable, il est légitime de se demander si c’est bien nécessaire…

    Texte trouvé sur le site du Ministère de l'écologie

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :